Interview de Richard Loyen

Richard Loyen
Délégué général
ENERPLAN – Association Professionnelle de l’Énergie Solaire
Intervenant EFE, formation « Actualité 2012 du solaire PV » 25 et 26 janvier 2012 à Paris

La Rédaction Analyses Experts : Que peut-on dire à ce jour de l’impact industriel et économique du nouveau dispositif tarifaire sur la filière solaire photovoltaïque ?

Richard Loyen : L’industrie est impactée négativement avec par exemple Photowatt qui dépose le bilan. Le système d’appel d’offres 100-250 KW favorise les modules low cost, ce qui ne bénéficie pas à l’industrie française et européenne. Le pilotage des tarifs n’offre aucune visibilité, il tient compte de demandes « virtuelles » qui accélèrent la chute des tarifs d’achat au-delà de la baisse des coûts sans jamais décompter tous ces projets de papier qui ne se concrétisent pas en PTF (Propositions Techniques et Financières) acceptées et commandes concrètes à la branche. Enfin, l’augmentation plus que significative du coût de raccordement au réseau par ERDF plombe l’économie des projets des rares prospects réels et sérieux de 36 à 100 KW.

Si l’on n’a jamais autant connecté de centrales PV en France qu’en 2011 (au moins 1,5 GW), c’est une activité en trompe l’oeil pour la branche. Réaliser des projets rescapés du moratoire a fait faire un bon aux importations, parfois réquisitionner de la main d’œuvre étrangère pour mettre en œuvre de gros projets, mais cela ne développe pas le secteur des PME et des PMI de la branche française.

Pour garder le moral, il faut regarder les start-up qui réussissent, les acteurs industriels qui continuent d’investir sur le long terme, les PME qui s’adaptent et se renouvellent pour survivre. Bref, nous vivons une crise sévère mais il ne faut pas désespérer, nous avons des raisons d’espérer.

La Rédaction Analyses Experts : Quelles évolutions de ce dispositif pourraient permettre un redéveloppement des installations, conforme aux objectifs nationaux ?

Richard Loyen : Une nouvelle politique avec une nouvelle ambition sont indispensables. Pour redynamiser le secteur, je vous renvoie vers les propositions des États Généraux du Solaire Photovoltaïque. Un objectif de 20 GW pour 2020, des tarifs d’achat pour tous les segments, pilotés finement à la baisse et régionalisés, la bonification de l’autoconsommation, la mise en œuvre de simplifications administratives…, la filière s’est rassemblée, a fait un diagnostic et partagé une vision. Aux politiques de se saisir des propositions pour créer rapidement des dizaines de milliers d’emplois.

La Rédaction Analyses Experts : Quelles sont les perspectives pour 2012 ?

Richard Loyen : En termes de puissance raccordée, de 400 à 800 MW, soit le solde des projets rescapés du moratoire qui se concrétiseront et quelques projets engagés sur les tarifs post-mars 2011.

La fin du tunnel pourrait arriver et l’activité redémarrer sur la fin du second semestre, si nous réussissons à convaincre le prochain gouvernement que le photovoltaïque est une chance pour la France et ses territoires, dans laquelle il faut investir en mettant en place un cadre vertueux.

D’ici mai 2012, c’est une intense activité de plaidoyer qu’il va falloir déployer. Nous allons y mettre toute notre énergie, car on ne peut se résoudre à ce que la France manque l’opportunité solaire. Le train de l’histoire n’attendra pas 2017, pour que la France monte dedans.

Laisser un commentaire