Transition énergétique en pratique : vers une nouvelle organisation dans les entreprises et les collectivités ?

Xavier DelaporteXavier Delaporte
Président fondateur
EFFIGREEN CONSULTING
Animateur et coordinateur de la formation EFE « Responsable énergie en entreprise – Cycle certifiant », à partir du 30 mars 2016, à Paris

La rédaction Analyses Experts : Suite à la promulgation de la loi, quels sont les axes forts de la transition énergétique pour les entreprises et/ou les collectivités ?

Xavier Delaporte : La première phrase de la nouvelle loi sur la transition énergétique est : « Favoriser l’émergence d’une économie compétitive et riche en emplois ». Bien entendu, cette loi ne se limite pas à cette seule assertion. Il s’agit bien de créer un nouvel axe déterminant sur notre manière d’utiliser l’énergie et sur les caractéristiques qui s’y attachent. Tous les métiers sont concernés. Certains évidemment plus que d’autres. Qu’ils s’agissent de santé, de préservation de l’environnement, de précarité, de développement industriel, de sécurité et évidemment d’économie, l’énergie est de plus en plus transverse au niveau des entreprises et des collectivités. Cela va au-delà de la seule sensibilisation des acteurs. Le pilotage de l’énergie commence au plus haut niveau de l’entreprise avec la définition d’une politique énergétique et d’une méthode qui puisse être portée par et pour les collaborateurs.

La rédaction Analyses Experts : Quelles adaptations majeures cela va nécessiter ?

Xavier Delaporte : Le management de l’énergie est source d’opportunités nouvelles. Les adaptations à mettre en place ne sont pas forcément spécifiques à la nouvelle loi sur la transition énergétique. N’oublions pas que beaucoup de mesures existaient déjà dans les précédents textes.
Cependant, il faut accélérer le décloisonnement de certains métiers pour mieux interagir ensemble. La formation d’acteurs clés dans ces nouveaux dispositifs est la garantie de pouvoir associer énergie et performance. Ces acteurs sont des relais auprès des collaborateurs et sont leaders dans l’efficacité des actions mises en œuvre. Ainsi la définition de nouveaux processus énergie transverses permettra un réel pilotage au niveau de l’entreprise en favorisant sa compétitivité tout en sachant utiliser au mieux de ses avantages les nouvelles orientations proposées dans la loi sur la transition énergétique.

Par exemple, l’économie numérique connait une croissance durable et élevée. Elle génère un besoin d’énergie proportionnel aux besoins des serveurs informatiques, de stockage de données et des réseaux de télécommunication associés. Il existe des solutions qui ne doivent pas rester au seul niveau des exploitants informatiques. Au même titre qu’il existe des Schémas Directeur des Systèmes d’informations il faudra définir des Schémas Directeur Énergie qui prennent en compte de nouveaux leviers tels que l’écoconception, l’optimisation énergétique des ressources, le coût de l’énergie, etc…

Là encore cette dernière approche innovante requiert de continuer à former les acteurs de l’entreprise à tous les niveaux et notamment pour la conception et le pilotage d’un SDE qui contribuera à développer l’efficacité énergétique de l’entreprise en rapprochant les enjeux énergie des enjeux métier.

La rédaction Analyses Experts : Quelles démarches sont d’ores et déjà menées localement pour répondre aux objectifs ?

Xavier Delaporte : La plupart des entreprises et collectivités réagissent positivement aux évolutions proposées par la loi. Pour autant, elles sont encore peu dans l’anticipation : preuve qu’il y a encore beaucoup à faire en France.

La loi sur la transition énergétique prévoit un ensemble de dispositions destinées à aider la France à atteindre ses objectifs chiffrés en matière de réduction des GES et de l’intégration des EnR dans son mix énergétique. Par ailleurs l’état et les collectivités se doivent d’être exemplaires dans ce domaine incitant ainsi les entreprises à prendre des initiatives similaires.
Les dernières réglementations, issues des lois européennes, sont à l’origine des premiers changements : bilans GES, Audits énergétiques, réglementation thermique des bâtiments. Ces dispositions, obligatoires ou fortement conseillées, incitent favorablement les organisations privées et publiques à réfléchir à un nouveau modèle économique et social et ont surtout pour but d’accélérer les plans d’actions. Elles seront de plus en plus contraignantes avec parfois la possibilité de sanctions financières lourdes.

L’entreprise devient ainsi un Consomm’acteur acteur responsable dans la mise en œuvre d’une stratégie efficiente en matière d’économies d’énergie. La réussite de cette transformation passe par la mobilisation, l’organisation des compétences existantes et la formation de nouvelles ressources capables d’accompagner, conseiller et orienter l’entreprise dans les choix nécessaires à la conduite d’une politique gagnante.

Laisser un commentaire