Environnement, énergie : quelle place dans les programmes des candidats ? Quid à l’issue des élections ?

Corinne LEPAGE
Ancienne Ministre de l’Environnement
Avocate, Associée fondatrice
HUGLO LEPAGE & ASSOCIES

La Rédaction Analyses Experts :  Quelles sont les prochaines évolutions du cadre national en matière d’énergie et d’environnement ? Dans quelles mesures ces dispositions servent-elle la croissance économique ?

Corinne LEPAGE : La loi sur la transition énergétique comme celle sur la biodiversité attendent évidemment leurs décrets d’application et, s’agissant de la PPE, les conditions concrètes d’application. Le développement de l’autoconsommation, un progrès dans le renouvelable même si notre retard est abyssal, une réduction de la part du nucléaire dans le mix énergétique en 2016 pourrait commencer à dessiner un scénario un peu différent de celui que nous avons connu jusqu’à présent. C’est absolument essentiel si l’on veut développer l’efficacité énergétique comme les énergies renouvelables et essayer d’atteindre même si l’objectif paraît aujourd’hui hors d’atteinte, nos obligations communautaires en 2020. La question énergétique est au cœur de la croissance économique. Le mariage des énergies renouvelables et du digital sont la clé de la transformation de nos sociétés et par voie de conséquence le lieu central du développement économique. En particulier, avec une croissance de l’ordre de 35%/an dans le monde, le photovoltaïque devient une énergie compétitive qui révolutionne le marché énergétique. La France n’est à ce jour pas sérieusement sur ce marché.

La Rédaction Analyses Experts : Quels nouveaux défis environnementaux et énergétiques pour les acteurs privés et publics dans ce contexte ?

Corinne LEPAGE : Les changements de comportement du secteur privé, la transformation de la construction et la révolution qui s’annonce dans les transports avec les voitures électriques et autonomes, l’irruption de l’économie de l’échange et surtout le développement réel de l’économie circulaire, constituent autant de voies de bouleversements économiques et de destructions créatives d’activités. Les collectivités publiques deviennent des acteurs majeurs de la transition économique. En définitive, c’est l’État qui rencontre le plus de difficultés pour s’adapter au changement.

La Rédaction Analyses Experts : Environnement, énergie, santé…, quel regard portez-vous sur les programmes proposés par les candidats à l’élection présidentielle ? Ces programmes seront-ils en mesure de générer croissance économique et emplois ?

Corinne LEPAGE : Les programmes sont évidemment très divers selon les candidats. Sans pouvoir ici entrer dans le détail, celui de Marine Le Pen concentré sur le « patriotisme économique », ne s’intéresse en réalité pas aux questions écologiques pour elles-mêmes et risque de détruire beaucoup plus d’emplois qu’il n’en créera. François Fillon qui souhaite maintenir la part du nucléaire, condamne par là même ipso facto les filières du renouvelable et l’efficacité énergétique. Quant aux questions de santé environnementale, elles sont subordonnées, lorsqu’elles sont abordées, aux intérêts économiques des industriels promoteurs de produits jugés toxiques. Jean-Luc Mélenchon comme Benoît Hamon font des questions écologiques un axe central de leur campagne ; en revanche, les orientations peu favorables au monde économique de ces programmes risquent de réduire très sensiblement l’impact économique des propositions. Enfin, le programme d’Emmanuel Macron qui prévoit des investissements considérables pour la transition énergétique met l’accent sur le lien entre développement économique et écologie. En conclusion, le sujet est traité dans tous les programmes mais la volonté économique jointe à une vraie volonté écologique reste encore difficile à établir.

Pour en savoir plus, découvrez notre expertise en environnement

Laisser un commentaire