Piloter les projets énergie dans son entreprise : pourquoi se former ?

Ingénieur en chef de 2ème classe Jean-Michel GILLET
Service d ‘infrastructure de la défense (SID)
Chef de projet de la fonction énergie
MINISTÈRE DES ARMÉES

Découvrez l’interview de Jean-Michel GILLET, participant au cycle certifiant « Responsable énergie en entreprise », une formation certifiante d’EFE. Ce cycle certifiant permet d’animer la politique énergie de l’entreprise, tant sur les aspects techniques, qu’économiques et contractuels, afin d’assurer la compétitivité de l’activité.

EFE – Pourriez-vous nous présenter en quelques lignes votre parcours ?

Au ministère des armées depuis bientôt 30 ans, j’ai d’abord effectué une période de 7 ans dans les forces. Souhaitant me réorienter vers les métiers de l’infrastructure, j’ai effectué une scolarité afin d’obtenir un diplôme d’ingénieur bâtiment travaux publics. A l’issue, j’ai tenu des postes principalement dans la maintenance des infrastructures à la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, à la direction des travaux à la Réunion et à l’unité de soutien de l’infrastructure de la défense de Phalsbourg où j’ai pu commander ce service qui soutient les forces armées. En 2015, j’ai été affecté à la direction centrale du service d’infrastructure de la défense pour prendre le poste de chef de projet énergie afin d’animer la gouvernance énergie de mon ministère.

EFE – Quelles étaient les raisons initiales pour lesquelles vous avez décidé de vous former ?

J’ai souhaité approfondir mes connaissances en matière d’énergie et me perfectionner dans mon rôle de pilote et de manager de la performance énergétique.

Plutôt tourné vers la mise en place et le suivi de la gouvernance énergie et l’animation d’un réseau national au sein du ministère, j’ai voulu m’acculturer à l’ensemble des domaines, non seulement de l’énergie, mais de son imbrication dans la politique générale environnementale, notamment pour prendre en compte les différentes directives européennes et textes législatifs comme la loi sur la transition énergétique pour une croissance verte d’août 2015.

EFE – Pour quelles raisons avez-vous choisi un cycle certifiant ?

Ce choix avait pour moi trois intérêts :

–              Tout d’abord, finaliser une formation avec une soutenance à laquelle ont pu être présents mes supérieurs hiérarchiques sur un sujet intéressant le ministère ;

–              Ensuite, donner plus de poids à ma formation face aux différents acteurs avec lesquels je dois traiter d’énergie tant au sein de mon institution qu’avec des spécialistes du secteur privé ;

–              Enfin donner une valeur ajoutée à mon poste et à ma fonction en vue d’un potentiel avancement dans ma carrière.

EFE – Pourquoi avez-vous choisi le cycle certifiant EFE « Responsable énergie en entreprise »

Après différentes recherches, il s’est avéré que seule la formation EFE permettait de couvrir l’ensemble de la thématique énergie : l’achat, la gouvernance, la réglementation liée à la loi de transition énergétique pour une croissance verte, le management de l’énergie (ISO 50001), les contrats de performance énergétique, les énergies renouvelables…  Cette formation avait l’avantage d’offrir une ouverture sur un panel de connaissances énergétiques, mais également sur les méthodologies qui leurs sont liées.

De plus, d’une durée de 15 jours s’effectuant en plusieurs modules sur un semestre, cela m’a permis de concilier la formation EFE avec mon poste sans avoir une période d’absence trop longue qui aurait pu être préjudiciable à ma mission.

Le principe de modules m’a permis également de mieux assimiler la densité de connaissances à acquérir, de pouvoir prendre du recul sur les différentes thématiques qu’englobe la performance énergétique tout en ayant la possibilité de revenir sur certains sujets lors des modules suivants.

EFE – Que vous a apporté ce cycle de formations ?

Ce cycle m’a apporté une meilleure connaissance de la problématique énergie et fait prendre conscience de la nécessité de la politique énergétique mise en place depuis 2012 au sein de mon ministère. Maîtriser ses consommations, maîtriser ses dépenses dans un environnement économique en plein changement avec l’ouverture des marchés de l’énergie à la concurrence, avec la loi sur la transition énergétique pour une croissance verte, avec les accords de Paris en 2015, est un enjeu majeur pour mon institution.

Cela m’a fait prendre conscience de la nécessité de faire changer les habitudes des usagers et des consommateurs même au sein du ministère des armées.

Enfin, ce cycle de formation m’a donné de l’assurance dans mon poste, notamment face à ma hiérarchie et face aux différents interlocuteurs avec lesquels j’ai à échanger.

EFE – Quels changements concrets avez-vous pu observer dans vos fonctions ?

Concrètement, dans mon poste, j’ai maintenant une meilleure visIon des actions qui sont menées par les différentes entités de mon service, notamment par les personnels qui font de l’achat ou les experts qui donnent des avis techniques sur certains sujets de performance énergétique, de systèmes novateurs de gestion de l’énergie.

Je mesure plus les enjeux stratégiques pour le ministère et les objectifs qui peuvent être fixés pour permettre une meilleure maîtrise des consommations et des dépenses énergétiques des armées.

Je suis mieux armé pour traiter avec des organismes extérieurs ou des acteurs privés des sujets de prospective et participer à la mise en place de politiques énergétiques comme sur les énergies renouvelables, objet de mon sujet de soutenance.

EFE – Recommanderiez-vous notre formation « Responsable énergie en entreprise » ?

De mon point de vu, cette formation correspond au minimum à connaître pour un personnel de mon ministère lorsqu’il prend le poste que je tiens, même si au niveau central, la mission de ce poste ne correspond pas exactement à un « responsable énergie en entreprise ».

Cette formation pourrait être suivie par les référents énergie en poste au niveau de nos établissements régionaux, voir pour nos gestionnaires de l’énergie du patrimoine au niveau local.

Je pense qu’elle est parfaitement adaptée pour un « responsable énergie en entreprise » qui évolue sur un périmètre plus restreint, et je la recommanderai aux entreprises pour lesquelles le coût de l’énergie est un facteur dimensionnant.

Pour aller plus loin, découvrez notre cycle certifiant « Responsable énergie en entreprise »

Laisser un commentaire