Analyse des risques industriels : quelles bonnes pratiques dans la mise en œuvre de la méthode ?

responsable sécurité

La Rédaction Analyses Experts : Pouvez-vous nous rappeler les enjeux et obligations réglementaires des exploitants en matière d’analyse des risques de leur installation ?

Pierre Guerin : Derrière le terme un peu général d’analyses de risques, se manifestent une volonté puis une dynamique de prévention des risques générés par les activités des entreprises. Les enjeux sont multiples : protection des salariés, de l’environnement, de la continuité de l’activité, des produits fabriqués ou services mis à disposition… L’analyse des risques est une démarche qui permet de protéger ces enjeux en anticipant le plus possible les risques qui pèsent sur eux. La prévention et l’anticipation des risques sont devenues des obligations réglementaires depuis une directive européenne de 1989, en tout cas pour la partie des risques professionnels sur les salariés. C’est dire que la démarche n’est pas nouvelle ! Dans le domaine de la protection des salariés, elles se traduisent par le document unique, outil très important pour justifier de la démarche de l’employeur dans la protection de ses employés. Il y a d’ailleurs des implications pénales associées à ce document. Pour l’environnement, l’analyse des risques se traduit par les études de danger des installations classées pour l’Environnement.
Sans oublier l’analyse environnementale de la norme ISO 14001 et d’autres supports d’analyse.

La Rédaction Analyses Experts : Quels sont les points clés à respecter dans le choix de la méthode d’analyse des risques ?

Pierre Guerin : Par expérience, le choix de la méthode d’analyse des risques s’impose en quelque sorte par le sujet même de cette analyse. Explication par quelques exemples : le document unique et l’analyse environnementale sont basés sur l’analyse préliminaire des risques. De même l’étude de la défaillance d’une machine sera associée à l’AMDEC (Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leur Criticité). Alors que la méthode HAZOP « HAZard and OPerability study» est plus dédiée à des systèmes où des fluides sont en jeu avec des paramètres physico-chimiques tels que niveau, pression, température. L’enjeu le plus important donc de l’analyse des risques n’est pas dans le choix de la méthode, mais dans la rigueur, l’implication et l’exploitation des données collectées. La préparation de l’exercice est aussi très importante pour que l’analyse des risques ne se transforme pas en une longue succession de discussions inutiles entre les membres du groupe de travail.
Ainsi, une bonne analyse des risques nécessite notamment de la préparation et un choix pertinent dans la composition du groupe de travail qui va assister le coordinateur.

La Rédaction Analyses Experts : Quels écueils éviter dans la mise en œuvre de l’analyse ?

Pierre Guerin : Parmi les pièges de cet exercice, on peut lister entre autres :

  • un groupe de travail disparate, à qui il peut manquer des compétences nécessaires à la bonne réalisation de l’analyse ;
  • une préparation pas assez complète, sans analyse fonctionnelle, revue sur le terrain, collecte de plans et d’informations plus ou moins techniques…
  • une analyse des risques redondante qui répète sans cesse le même risque sans apporter d’informations pertinentes ;
  • un découpage du système à analyser pas pertinent ;
  • un choix de grilles de cotation inappropriées ;
  • un archivage de l’analyse des risques sans l’avoir exploitée, en oubliant que l’analyse des risques est un outil mais pas une fin en soi…

Pierre Guérin
Ingénieur conseil, Consultant – Chemical engineer
GUERIN RISQUES INDUSTRIELS
Animateur EFE de la formation « Méthodes d’analyse des risques industriels« , 24 et 25 septembre 2018 à Paris

Laisser un commentaire