Électricité solaire photovoltaïque : quels enjeux majeurs de l’autoconsommation collective ?

énergie

La rédaction Analyse Experts : Au regard de l’expérience riche de Hespul en matière d’autoconsommation électrique, quels sont les enjeux majeurs de l’autoconsommation collective ?

Bruno GAIDDON : De notre point de vue, l’autoconsommation collective permet de corriger le principal inconvénient de l’autoconsommation individuelle totale, à savoir le sous-dimensionnement des installations photovoltaïques par rapport au potentiel qui pourrait être installé. L’autoconsommation collective permet en effet de ne pas restreindre la taille d’une installation photovoltaïque à la puissance de veille d’un consommateur en offrant la possibilité de valoriser localement les excédents de production auprès des consommateurs voisins. Il s’agit là d’une réelle évolution dans le secteur de l’énergie.

La rédaction Analyse Experts : Se dirige-t-on vers une accélération du déploiement de l’autoconsommation collective ?

Bruno GAIDDON : Depuis la parution de l’Ordonnance de 2016 sur l’autoconsommation de l’électricité qui introduit la notion d’autoconsommation collective, nous observons un engouement important des consommateurs d’électricité, des acteurs de la construction et des collectivités territoriales pour cette nouvelle modalité de valorisation locale de la production des installations photovoltaïques. Malheureusement, la plupart d’entre eux se heurtent à des difficultés opérationnelles de mise en œuvre qui freinent fortement le développement de ces opérations et génèrent beaucoup d’espoirs déchus et de frustration.

La rédaction Analyse Experts : Champs d’application, cadre réglementaire… : quelles évolutions récentes avez-vous constaté et quels freins reste-t-il à lever ?

Bruno GAIDDON : Dans le cadre des groupes de travail sur l’énergie solaire piloté par l’ancien secrétaire d’État Sébastien Lecornu qui se sont déroulés en 2018, nous avons fait remonter les principaux freins au développement de l’autoconsommation collective. Ces freins concernent notamment, d’une part le niveau des charges et des contributions qui s’appliquent à l’énergie auto-consommée (frais d’utilisation du réseau public et contribution au service public de l’électricité) qui empêche toute viabilité économique du modèle et d’autre part le périmètre des opérations pris en compte, pour l’instant très limité géographiquement. Nos remarques ont été entendues et figurent dans les conclusions du plan solaire qui ont été présentées en juin 2018. Nous attendons désormais que le gouvernement agisse !

Pour identifier les bonnes pratiques et pièges à éviter dans la conduite des projets, rendez-vous lors de la conférence EFE « Autoconsommation collective » le 28 mars 2019 à Paris

Bruno GAIDDON
Coordinateur du pôle réseaux et planification
Chargé de projet photovoltaïque, Pv consultant
HESPUL énergies renouvelables & efficacité énergétique
Intervenant à la conférence EFE « Autoconsommation collective » le 28 mars 2019 à Paris

Laisser un commentaire